Sans vous, lecteurs …
Le 10 septembre 2018 | 0 Commentaires

Nous sommes en septembre.

En général, à cette période-là, je sors un nouveau roman.

Mais là, non ! Je me retourne sur cette année écoulée et un petit choc au cœur me fait réaliser : un an !

Voilà un peu plus d’un an que tu es sorti, ô Résistances, mon « petit » tome IV adoré. Voilà un an que tu as clos le Quatrième Ordre, une aventure vieille de plusieurs années déjà, mouvementée, dense, passionnante.

Mais que s’est-il passé, durant ces quelques mois, pour que tu me paraisses âgé d’une décennie ? Comment expliquer, lorsque je te feuillette par hasard, que je te redécouvre à ce point ? Aurais-tu grandi sans moi ? Te serais-tu tant éloigné, que tu m’es devenu étranger ?

Allez, vous pouvez me le dire. Vous aussi, vous avez ressenti une faille spatio-temporelle, pas vrai ? Non ? Je suis le seul dans ce cas ? Bon, très bien… Prenons le temps d’une petite introspection…

Ah, voilà, alors je comprends. Cette décennie de sagesse gagnée en une année, oui, je te la dois, Quatrième Ordre. Tu es devenue autre chose que le fruit de ma pensée et tu avances sur ta propre route désormais. Et me voilà, ému, à te regarder te débrouiller dans la vie.

Cette impression, je le dois aussi à tous ceux qui m’entourent et me soutiennent. J’inclus là-dedans mes muses, ces guides mystérieux, invisibles, que je nourris toujours plus et qui m’entraînent à leur suite dans une nouvelle aventure passionnante, que je vous dévoilerai bientôt. Si je vous dis Faune, ça vous plairait ? J’ai le sens du teasing, hein ?

Rajouterai-je un mot, sur les autres projets parallèles, un peu fous, inconnus, qui me font me dire une fois de plus : « Mais dans quoi t’embarques-tu encore ? ».

Non, pas aujourd’hui. Aujourd’hui, je désire uniquement me réjouir de la naissance de mon tout petit, et serrer dans mes bras ses grands frères. Comme je les aime !

Et je profite de ce petit billet pour, une fois de plus, vous remercier ! Sans vous, lecteurs …

Je vous embrasse.

Mathieu

 

Ajouter un commentaire