Foire aux Questions

  • Combien cela coûte-il pour se faire éditer ?

Absolument rien, nous sommes une maison d’édition et prenons en charge tous les frais liés à la parution des ouvrages, c’est la règle. Editeur est un vrai métier qui comporte des risques.

 

  • Une maison d’édition me demande 3000 € pour éditer mon manuscrit. Est-ce normal ?

Dès que l’on vous demande un centime pour éditer votre manuscrit, vous n’avez plus affaire à un éditeur, mais à un prestataire de service. Très souvent il vous fera des promesses non tenues et fait vivre son entreprise avec l’argent que vous lui donnez, pas avec les bénéfices des livres vendus.

 

Je suis atteinte d’une maladie grave que j’ai décrite dans un livre. L’éditeur que j’ai contacté m’a écrit que je possédais une véritable plume et que son équipe avait été touchée par ma façon de décrire ma maladie. En conséquence ils veulent m’éditer gratuitement et me demande seulement 2500 € pour les frais de mise en page. Ensuite, mes droits d’auteur seront de 20% au lieu des 6 ou 8% habituels. Que dois-je faire ?

Ne leur confiez rien, ce sont des escrocs qui n’ont aucun scrupule à abuser de vous et des difficultés que vous connaissez. Votre livre a tout juste été parcouru par une personne qui a « senti » la bonne affaire. Et puis c’est totalement idiot, mais la mise en page n’est pas ce qui prend le plus de temps.

 

  • Pourquoi avez-vous nommé votre maison « A Contresens Editions » ?

Parce que j’étais moi-même auteur et que je n’appréciais pas du tout l’opacité qui régnait dans ce monde bizarre qu’est le monde du livre. Trop d’auteurs étaient déçus par leur éditeur et ne comprenaient rien au versement des droits d’auteur quand ceux-ci leur étaient versés ce qui est du domaine du miracle. J’ai donc voulu créer une maison honnête où tout est dit clairement et où il fait bon vivre. Et j’y arrive !

 

  • Combien de livres éditez-vous par an ?

Nous sommes en croissance régulière et ce sera plus d’une douzaine pour 2017.

 

  • Combien recevez-vous de demandes d’édition par an ?

Environ 500 sous toutes les formes et pour tous les genres.

 

  • Editez-vous de nouveaux auteurs ?

Oui, mais très peu, environ un ou deux auteurs ou illustrateurs par an. Les auteurs qui sont édités chez nous s’obstinent généralement à rester (lol) et poursuivent leur collection ce qui réduit le nombre de places vacantes.

 

  • Que signifie le terme « Edition à compte d’auteur » ?

Différemment de l’édition à compte d’éditeur, que nous pratiquons, cela signifie que c’est l’auteur lui-même qui prendra en charge l’ensemble des frais liés à l’édition de son ouvrage. Il ne bénéficiera pas alors du soutien réel d’une maison d’édition pour commercialiser ses ouvrages.

 

  • Si je commande un livre chez vous et qu’il m’arrive abimé, comment réagissez-vous ?

Cela ne s’est produit 2 fois depuis que nous nous chargeons directement de l’expédition des ouvrages puisque nous traitons ces expéditions avec le plus grand soin. Dans les 2 cas, nous avons immédiatement effectué gratuitement le remplacement du livre.

J’ai acquis le premier tome d’une collection jeunesse pour mon neveu. Suis-je sûr de trouver les autres tomes et pendant combien de temps ?

Nos collections sont suivies et rééditées régulièrement dès que les stocks approchent le seuil de rupture, ce qui permet de vous servir pendant de longues années.

 

  • J’ai trouvé une faute dans un de vos ouvrages. Est-ce-acceptable ?

Acceptable, oui. Rien n’est parfait. Bien que les ouvrages soient relus de nombreuses fois et passent par les mains d’une correctrice, il y a toujours des fautes ou des coquilles que l’on ne voit pas. Il est même arrivé d’oublier un article et personne ne l’avait vu. À la lecture, le cerveau humain corrige ou remplace de lui-même ce qui est absent. Heureusement on en trouve également chez des éditeurs très connus et de plus en plus souvent, ce qui est inquiétant.

 

  • Comment faites-vous pour survivre et faire connaître vos livres alors que paraissent entre 500 et 600 nouveaux romans à chaque rentrée ?

Dans chaque système très organisé (et le système du livre est fait pour que les petits éditeurs ne survivent pas longtemps), il y a des failles, des endroits bien précis où l’on peut développer son activité et croître malgré l’hégémonie des puissants du système. Pour des raisons de confidentialité, nous ne détaillerons pas ici notre stratégie, mais on peut dire que l’un des secrets réside dans la proximité, la souplesse et une gestion contrôlée faisant appel aux outils informatiques depuis la création de la maison.