Autres créations (3)

Voici les 3 résultats

Trier par :
  • 1914 – 1917 Autres regards Par : Pierre Commeine 18,00 TVA incluse

    Au-delà de la précision des lieux et des faits historiques, l’auteur prête ici sa plume et son talent à un soldat ennemi. Cet angle de vue inhabituel se révèle d’autant plus précieux qu’il fait écho aux authentiques aquarelles de l’époque, œuvre de l’artiste allemand Emil Beithan.

    La narration du soldat allemand, les commentaires apportés aux cartes postales reçues de son épouse, leur chronologie et les messages transmis dans les dessins donnent « d’Autres regards » sur l’occupant et sur la Grande Guerre vue du côté ennemi.

    44 aquarelles viennent ponctuer un récit qui intéresse les adultes en quête d’histoires de 14-18 et les collégiens étudiant la première guerre mondiale. Par ailleurs, la présentation et la couverture, façon carnet ancien, classent l’ouvrage dans les « beaux livres ».

  • 1914-1918, les Jeunes, « ils » en pensent quoi ? Par : Lycée Jessé de Forest, Avesnes-sur-Helpe 12,00 TVA incluse

    Bien qu’ils étudient de grands auteurs, ils n’en ont pas le style et c’est avec maladresse, mais sincérité, que ces adolescents parlent de ce qui est devenu pour eux plus qu’un simple chapitre d’Histoire.

    Ce livre c’est une quarantaine de textes qui mêlent réflexion et quelquefois humour. Que doit-on retenir de la guerre ? Pourquoi devons-nous encore en parler. Mais surtout comment et pourquoi doit-on commémorer ?

    Les jeunes ont également leur avis sur ces questions, c’est ce qu’ils nous font partager à travers cet ouvrage.

  • Saint-Rémy-Banzy 1914 – 1918 Par : Pierre Commeine 16,00 TVA incluse

    Grâce à ce récit, librement inspiré d’éléments réels, l’auteur nous donne à lire le journal qu’aurait pu tenir son grand-père, soldat durant la grande guerre. Il nous fait ainsi découvrir le quotidien des habitants de Saint-Rémy-Blanzy, petit village du sud de l’Aisne, mais également celui des seize enfants du pays qui ne sont pas revenus du front de 1914 à 1918. Désormais, par la magie des mots et des souvenirs, l’existence de chacun de ces soldats dont le nom est inscrit sur le monument aux morts, n’est plus réduite à la seule expression « Mort pour la France », mais reprend vie, se ranime, à la façon d’une flamme qui ne s’éteindra pas.