Votre panier est vide  Votre compte

Claude Mouflard

Exils de Claude Mouflard

1er de cover exils 1

Exils

 

Intimiste, touchant, inattendu (enfin si, attendu depuis trop longtemps), dynamique, caustique comme il faut, attachant avec une once de poésie – la vraie, pas les niaiseries habituelles qui n’ont ni queue ni tête – le nouveau roman de Claude Mouflard, Exils, sera là demain jeudi.

Que nous raconte-t-il ? Rien, Claude Mouflard ne raconte pas, ce serait trop classique, trop facile, il nous jette dans l’aventure. Quelle aventure ? Celle de ses personnages, que vous avez déjà rencontrés dans Exodes et que vous retrouvez à la libération.

Mais ce n’est pas tout, Exils va plus loin, Exils ose nous inviter dans l’intimité de l’auteur, dans son interrogation face à la page blanche et face aux romans à quatre sous (je parle du contenu, pas du prix de vente), produits en réalité par des nègres et qui se vendent aujourd’hui à grand renfort de publicité ; il y en aura partout sur les panneaux et à la radio dans quelques semaines.

Vous l’aurez deviné, j’ai adoré ce livre et je me disais tout à l’heure, avant d’écrire cette « lettre de nouvelles », qu’il y a encore des romans de littérature avec lesquelles on ne s’ennuie pas et dont on ne sort pas totalement ravagé par l’angoisse, la haine et la morosité, mais simplement plus humain.

Joël