Votre panier est vide  Votre compte

Billets 2012

Étonnant

   Étonnant ! Les tendances s’inversent. Nous sommes bombardés d’images, d’écrans, de pub, nous communiquons à l’autre bout de la terre en un clic, nous pouvons tout savoir ou presque, sur tout, les enfants deviennent accros aux jeux numériques, le livre va (devrait) se muter en tablette, liseuse, iMachin, nous oscillons sans cesse entre l’hystérie et la dépression, nous ne prenons plus le temps de regarder presque rien, une chose ordinaire et insignifiante parce que même notre regard doit être rentable, efficace et…

   Et sur le salon de Creil, samedi et dimanche, beaucoup de visiteurs sont venus écouter les auteurs parler de leur passion, de tolérance, de bien-être et de santé, d’existence passée ou à venir… Et puis à l’heure où l’on craint que l’ouvrage papier ne soit foutu, ces gens ont dit que pour Noël, ils préféraient offrir des livres à leurs enfants, espérant que la lecture viendrait sereinement à bout du tintamarre délirant des jeux virtuels.

   Étonnant donc de voir qu’au beau milieu de la crise – pas  sociale, financière ou économique, mais de nerfs – l’Humain se ressaisit, résiste, lutte en silence, sans déclaration fracassante. Je crois, moi, au retour du bon sens. J’entends ça et là des voix dire qu’il existe peut-être une autre façon de vivre, que si on nous a entraînés dans une impasse, celle de la consommation aveugle, du modernisme et de la croissance à tout prix, nous pouvons en sortir par nous-mêmes. Alors, je reprends confiance et je crois avec lucidité en une aube nouvelle.

À voir l’article très complet d’Alexandra Oury au sujet du salon du livre vraiment réussi de Creil.

Le silence

Dans Poussières d’Est, Lucia écrit : « … la surprise et l’enthousiasme n’étaient que des mots dépourvus de sens. Pour eux (les parents de Horia), seule la vie avait du sens. Ils la vivaient et se laissaient vivre par elle en silence, sans qu’elle les emporte. »

C’est peut-être en pensant à cette phrase que je suis resté silencieux ces 3 derniers mois. Je n’avais tout simplement rien à dire. Dans ce temps actuel où chacun a toujours quelque chose à dire sur tout, surtout sur ce qu’il ne connaît pas, quelquefois sa propre personne, le silence nous ramène la paix. Il en va de même pour cette newsletter, quand il n’y a rien à dire, sinon de l’ordinaire, autant ne pas vous casser les pieds.

Et aujourd’hui ? Aujourd’hui, c’est la sortie du quatrième épisode des aventures de Moko, Moko et le marchand de sable, épisode consacré au sommeil, si important pour les petits et les grands. Comme d’habitude, j’ai appris plein de choses et j’en ai compris d’autres, comme quoi tout espoir n’est pas perdu ! Je percevais bien l’importance d’une bonne nuit de sommeil, ça allait sans dire, mais tellement mieux en le disant. Nouvel épisode à découvrir et faire découvrir aux enfants dès le plus jeune âge.

Aujourd’hui, c’est aussi la parution de Petit Dragon et le crâne de cristal, de Philippe Halvick, une nouvelle collection du genre Heroic Fantasy. Je reprends les mots de la quatrième de couverture pour vous mettre l’eau à la bouche : « Pour assurer sa survie, Frann Golpay, victime de la cruauté du mage Gwarficks, se doit d’obéir à ses plans machiavéliques. Commence alors pour lui une longue et périlleuse expédition vers la citadelle des âmes mortes, dont personne n’est jamais revenu. Son but, retrouver le légendaire « crâne de cristal ». Bientôt, d’étranges compagnons rejoignent Frann, un barbare condamné à servir de petit déjeuner aux monstres des mers, une elfe au regard envoûtant et un dragon intrépide, tout juste sorti de l’œuf. Mille dangers les guettent et leur temps est compté… » 

Voilà, c’était l’actualité du moment. À très bientôt pour parler d’autre chose, si les mots valent mieux que le silence…

                        1ere-cover-moko4.jpg                                          1ere-cover-petit-dragon-72dpi.jpg

Le mois d’août

Le mois d’août. Torpeur et somnolence ? Apparemment pas pour tout le monde puisque d’après ce que je lis dans les pages du journal l’union, Cécile Amour prépare activement la fête du livre de Merlieux (dernier dimanche de septembre). De son côté, Alexandra Oury réalise sur son blog un article très complet au sujet de Poussières d’Est, notre dernier roman. Nous les remercions chaleureusement toutes les deux pour l’attention qu’elles ont accordée à nos publications et à notre travail. Vous pouvez bien entendu retrouver ces articles ici et .

Et À Contresens ? Torpeur et somnolence ? Pas tout à fait et pas du tout, nous préparons sereinement avec Philippe Halvick la sortie de Petit Dragon et grâce à la magie des pinceaux de Maxime Métron, Moko et le marchand de sable prend vie. Et puis le mois d’août, c’est le moment idéal pour penser à l’avenir, rafraîchir ses idées, se réorganiser ; Françoise et moi allons dès septembre travailler dans un seul et unique espace que nous ne manquerons pas de vous faire découvrir dès que la dernière couche de peinture sera posée…

La chaîne du livre : un équilibre fragile entre passion et raison.

Les vendredi 20 avril à 18 heures à la bibliothèque de Corbény et samedi 28 avril à l’arbre des rêves à Aumale (18 heures également), j’aurai le plaisir d’intervenir autour de la chaîne du livre : Comment donner vie à la passion de l’auteur ? Quels est le rôle de chacun des acteurs qui matérialisent son idée ? Comment s’adresser à une maison d’édition ? Quel contrat d’édition pour quel projet et surtout quel contrat faut-il éviter ? Les techniques d’impression et de fabrication ? Les risques de la diffusion ? Quelle est la part réelle du libraire ? La loi sur le prix unique du livre ? L’influence du numérique ?

Toutes les questions seront abordées sans aucun tabou et cette intervention comportera des éléments tangibles permettant aux plus jeunes de comprendre les différentes phases de fabrication du livre papier. Entrée libre.

À noter à Aumale 2 lectures de 3 contes sous forme de kamishibaï à 15 heures et 16 heures.

Du concret dans nos idées

Le Ballet des Balais

1ere cover-le-ballet des balais

Nous venons de réceptionner un nouvel ouvrage  : Le Ballet des Balais. Ce conte pour enfants est  associé à la pièce de théâtre du même nom et constitue son prolongement. Tiré à 2000 exemplaires, il est le résultat d’un partenariat affairé, dynamique et sympathique (oui, oui, c’est possible) avec la compagnie de théâtre soissonnaise ACALY. Par ailleurs, il s’inscrit dans l’idée d’une société nouvelle.

En effet, à l’heure de la mondialisation, l’échange local, la relation de voisinage prennent tout leur sens. Derrière ce projet, il y a des hommes et des femmes que l’on a cotoyés, des mains que l’on a serrées, des rires communs, des recherches et des points de vue échangés, des personnalités à découvrir…, bref de la vie et de la vraie vie et tout ceci sans se ruiner en transport !

À découvrir donc cette pièce de théâtre jouée régulièrement (pour un grand mois) à partir du 8 février à Soissons et le livret qui l’accompagne. Une soirée de présentation est prévue le 10 février à partir de 18 heures 30. Si le cœur vous en dit, vous êtes les bienvenus.

Toutes les informations sur le site Le Café Théâtre St Médard et la Compagnie Acaly