Votre panier est vide  Votre compte

Blog

Merlieux, amarrage orbital en cours

La station orbitale « fête du livre de Merlieux » accueillera la navette « À Contresens Éditions » dimanche 25 septembre 2016 aux aurores. L’opération d’amarrage se présente sous les meilleurs auspices, puisqu’aujourd’hui viennent d’être livrées les pièces que l’on attendait, je veux dire Le Secret de Magdalena de Lydie Lemaire illustré par Lou Ardan et Le Quatrième Ordre – Frontières de Mathieu Valentin. Lundi nous avions eu la joie d’accueillir Chloé au pays des Neiges, d’Aline Sarreau et Pandore et début septembre Éclair, chevalier du Tonnerre de Lydie et Séverine de la Porte des Vaux (Éclair sera réellement présent à 11 h 30 et 15 h 30).
Mais ce n’est pas tout. Bien d’autres auteurs ont pris place dans la navette, Claude Mouflard avec Exodes et Exils et bientôt L’Étouffoir (une vraie surprise), Maxime Métron et la collection « La santé en s’amusant », Philippe Halvick auteur d’Héroïc-Fantasy avec L’Éperon maudit et Petit Dragon et enfin Pierre Commeine, dont le dernier titre, L’Oubliée de Monterfil connait un véritable succès depuis le printemps.
Et bien entendu tous les ouvrages des collections que vous connaissez seront là ! 

Au plaisir de vous revoir !
Joël

Cover eclair page 1            1ere cover magdalena 1            1ere cover chloe3            1ere cover frontieres

Éclair, la sortie de la rentrée

Visuel eclair1   C’est la rentrée et quoi de mieux pour bien démarrer la nouvelle année littéraire qu’une sortie légère, très colorée, pour les tout-petits et les    tout-grands ?

   C’est ce que nous propose Éclair, Chevalier du tonnerre qui a pour mission de protéger Arthur, bien décidé à n’en faire qu’à sa tête ! Pour le premier épisode de  cette nouvelle collection, consacrée aux dangers de la maison, Arthur erre dans la cuisine à la recherche de la tutute perdue. Je vous laisse deviner…

Bref un petit livre en couleur, ludique, avec un tout petit prix et une grande mission secrète, réduire les accidents ménagers.

L’auteur, Lydie Lemaire, et l’illustratrice, Séverine de la Porte des Vaux, dédicaceront à Merlieux le 25 septembre, accompagnées évidemment des autres auteurs de la maison et des nouveautés à paraître en septembre.

A très bientôt

Joël

Page int eclair page 04 pourweb                                    Illustration 8 copie                 

Et si une maison d’édition…

Et si une maison d’édition…

Et si une maison d’édition utilisait le livre pour s’investir dans une autre cause ? C’est ce que nous vous proposons aujourd’hui, mais écoutez ou lisez plutôt, c’est une histoire vraie…

Le voyage de David

Il était une fois un bibliothécaire qui s’appelait David et qui avait remarqué grâce à la visite d’un auteur, la petite Lydie, qu’une maison d’édition, presque aussi petite, publiait des livres passionnants. David, qui disposait de quelque budget en acheta et invita Lydie à les faire connaître aux enfants des écoles de son village. L’éditeur, Joël,  averti par la petite Lydie en était ravi. Plus tard, il  rencontra David sur le salon du mieux-être et s’aperçut qu’il souffrait d’une étrange maladie qui l’empêchait de marcher. David lui dit qu’il avait un projet fou : parcourir 1000 km entre les villes de Soissons et Montpellier dans un fauteuil handisport. Pourquoi ? Pour rassurer les enfants qui souffrent de la même maladie que lui et trouver de l’argent pour se battre contre elle. Pour l’aider, Joël eut alors une idée : vendre ses livres et donner l’argent à l’association qui soutient David. Les auteurs, la maquettiste et tous ceux qui travaillaient à la maison d’édition pensèrent que c’était une très bonne idée. Ils s’aperçurent alors que chaque livre vendu permettrait à David de parcourir 1 km. Ils avertirent toutes les personnes qu’ils connaissaient et leur demandèrent de rejoindre la maison d’édition dans cette noble cause…

Chers amis, la suite de cette histoire vous appartient. Tous les détails pour aider David sont dans l’affiche ci-dessous, sur notre site et sur celui de l’association Cocci N’Roule. Vous savez que nous plaçons l’humain au cœur de nos projets, dans notre façon de travailler et de vous faire partager notre passion. Nous avons eu envie cette fois d’aller plus loin, de concrétiser cet état d’esprit. Nous avons besoin de vous pour aider David…

Joël

Soutien david pour site 1

L'oubliée de Monterfil

1ere cover loublieedemonterfil avec tour

L’Oubliée de Monterfil

C’est la première parution de l’année, un roman de Pierre Commeine à qui nous devions déjà 1914 – 1917 Autres regards. Un roman étonnant inspiré de faits dramatiques réels qui se sont déroulés à Monterfil en Bretagne en août 1944. Étonnant parce qu’au cours de sa conception la réalité a rejoint plusieurs fois la fiction. Des faits, des rencontres inattendues, des chemins qui se croisent et des coïncidences ont ainsi surgi jusque dans la vie privée de l’auteur.

Vous vous en doutez, l’œuvre n’en est que plus émouvante. Pierre a su, à partir d’un drame demeuré caché pendant 70 ans – d’où le titre – donner aux faits cet éclairage si particulier qui leur confère une dimension humaine, intime. Secret d’écrivain, secret de l’homme passionné par ce qu’il crée et ceci pour notre plus grande joie de lecteur. Je vous laisse donc, comme je l’ai été avec beaucoup d’émotion ces derniers mois, sur le chemin de L’Oubliée de Monterfil

Joël

 

 

Chloé, Le quatrième Ordre et Merlieux

  1er cover chloe2 2           Cover livre2

  

  En bref, Chloé et les créatures de l’ombre vient de voir le jour (très drôle pour des créatures de l’ombre). Le second épisode des aventures de Chloé, la toute jeune sorcière qui va se surprendre elle-même et dévoiler des capacités hors du commun des… sorciers ! On y retrouve Olivier, plus téméraire que jamais et Alice, prudente, mais qui accomplit sa mission jusqu’au bout. De surprises en rebondissements, c’est finalement l’amitié et la compréhension de l’autre qui triompheront.                      

  Sortie mouvementée pour le Quatrième Ordre - Résurrections, puisque les exemplaires fabriqués par l’imprimeur comportent une particularité : le pelliculage de la couverture est mat au lieu de brillant. Que l’on se rassure, 50 exemplaires « collector » sont déjà mis en vente et seront, pour une part, dédicacés par l’auteur à Merlieux ce dimanche. Les autres, pelliculage brillant arrive ce mercredi. On y retrouve Bibi, évidemment, et ses compagnons aux prises avec l’Empereur, mais aussi le machiavélique Kerguélen le Sanglant et bien d’autres tout aussi peu recommandables…

  Vous pourrez rencontrer ces auteurs et illustrateurs ce dimanche à Merlieux (stand C16), dans l’allée principale comme d’habitude, sous le soleil. Seront donc là Aline Sarreau et Pandore (Chloé), Maxime Métron (Moko), Lydie Lemaire (Hermine et Missouris), Mathieu Valentin (Le Quatrième Ordre), Tristan Robert (Les Oiseaux Bleus) Pierre Commeine (1914 – 1917 Autres regards) et Claude Mouflard (Exodes et Exils) qui nous a fait l’honneur du Journal L’union pour son dernier titre.

A très bientôt donc,

Joël

Affiche fete du livre merlieux 2015

 

Missouris et les boutons de bois

1er cover missouri

Mais où a-t-elle été chercher tout ça ? C’est la question que je me suis posée il y a quelques mois en recevant le manuscrit  du second album jeunesse de Lydie Lemaire Williams, Missouris et les boutons de bois. Changement total de décor par rapport au précédent, Le voyage d’Hermine, qui se situait en Australie. Nous suivons dans les contrées enneigées du Canada, la tournée d’une petite souris, Missouris pour être précis, chargée d’apporter une pièce d’or aux enfants qui ont perdu une dent de lait. Une pièce d’or, me direz-vous, mais pourquoi ? Parce qu’il y a très longtemps…

La suite, vous la découvrirez dans les pages chaudes et colorées de Romain Russoniello, l’illustrateur de cet album qui nous apprend que le cœur a toujours raison sur les traditions. Et ce n’est pas tout, il y est question d’entraide, de solidarité, de générosité, de don à celui que l’on ne connaît pas, comme un clin d’œil inattendu à notre actualité…

Joël

Exils de Claude Mouflard

1er de cover exils 1

Exils

 

Intimiste, touchant, inattendu (enfin si, attendu depuis trop longtemps), dynamique, caustique comme il faut, attachant avec une once de poésie – la vraie, pas les niaiseries habituelles qui n’ont ni queue ni tête – le nouveau roman de Claude Mouflard, Exils, sera là demain jeudi.

Que nous raconte-t-il ? Rien, Claude Mouflard ne raconte pas, ce serait trop classique, trop facile, il nous jette dans l’aventure. Quelle aventure ? Celle de ses personnages, que vous avez déjà rencontrés dans Exodes et que vous retrouvez à la libération.

Mais ce n’est pas tout, Exils va plus loin, Exils ose nous inviter dans l’intimité de l’auteur, dans son interrogation face à la page blanche et face aux romans à quatre sous (je parle du contenu, pas du prix de vente), produits en réalité par des nègres et qui se vendent aujourd’hui à grand renfort de publicité ; il y en aura partout sur les panneaux et à la radio dans quelques semaines.

Vous l’aurez deviné, j’ai adoré ce livre et je me disais tout à l’heure, avant d’écrire cette « lettre de nouvelles », qu’il y a encore des romans de littérature avec lesquelles on ne s’ennuie pas et dont on ne sort pas totalement ravagé par l’angoisse, la haine et la morosité, mais simplement plus humain.

Joël

En urgence !

1ere cover caudron 1  Moko super heros

  Le temps m’a manqué cette semaine avec l’arrivée des Oiseaux bleus et de Moko Super Héros pour rédiger cette courte newsletter. J’ai très envie de vous dire tout le bien que je pense de ces deux nouveaux ouvrages, je vous avais déjà parlé du premier dans la newsletter précédente, mais l’avoir en main c’est encore autre chose ! Les imprimeries françaises sont décidément à la hauteur de nos espérances et ont su concrétiser, matérialiser le talent de l’auteur.
  Moko Super Héros, quant à lui conserve les qualités que l’on attend de cette série, dans un esprit rajeuni, un parfum d’été, plus de fraîcheur, de clarté, une envie de vie. Un livre à mettre dans les mains des plus jeunes et dès ce week-end puisque samedi nous aurons le plaisir de vous offrir une double dédicace à la librairie Bulles et Crayons à Creil. En effet Maxime Métron, l’illustrateur de Moko et Tristan Robert, illustrateur et scénariste de la BD Les Oiseaux Bleus seront présents et pourront vous parler de leurs ouvrages respectifs. J’y serai également dès ce vendredi matin pour vous les présenter si vous ne pouvez être là samedi.

À très bientôt.

Joël

 

Les parutions de juin

1ere cover caudron 1

Les parutions de juin

Trois parutions chez À Contresens Éditions en juin cette année :

  • Les Oiseaux Bleus – L’épopée des frères Caudron en Baie de Somme
  • Moko Super Héros – Le sport
  • Exils, roman qui fait suite à Exodes

Commençons aujourd’hui par Les Oiseaux Bleus. Il s’agit d’une BD destinée aux enfants comme aux adultes et qui relate les aventures des frères Caudron, célèbres pionniers de l’aviation en Baie de Somme.

Ce qui m’a séduit dans cet ouvrage, c’est d’abord le sujet. Qui, en effet, n’a jamais rêvé de construire une machine pour voler ? Peut-on se faire une idée de ce que représentait à l’époque la possibilité d’évoluer dans un espace réservé aux oiseaux ? Qui n’a jamais dévalé, enfant, la pente d’une colline en écartant les bras et imaginant quitter le sol ?

Et puis il y a le trait de crayon de l’auteur, Tristan Robert. Un trait léger, essentiel, j’ose dire : aérien. Un trait et des touches de couleur qui trouvent leur résonnance dans le texte, rare, essentiel, lui aussi et pourtant intime et poétique. On entre dans Les Oiseaux Bleus comme on entre dans notre enfance, tout en délicatesse, en imprudence de soi, en silences évocateurs…

A découvrir, à offrir ou à conserver dans sa bibliothèque, évidemment.

Joël

 

Édition ou jungle !

Il y a tant de formules d’édition différentes que je ne sais par laquelle commencer. Édition à compte d’éditeur, à compte d’auteur, participative… Faisons le point ! 

L’édition est dite à compte d’éditeur quand l’éditeur puise dans ses propres fonds pour régler tous les frais liés à la publication d’un ouvrage, en particulier son impression. Il convient bien entendu d’ajouter les frais de mise au point, de correction, de création d’illustrations et bien entendu tous les frais de fonctionnement de la maison d’édition.
On parle d’édition à compte d’auteur quand l’éditeur demande à l’auteur une somme d’argent (généralement élevée) pour éditer un ouvrage. Cette somme d’argent permet de couvrir tous les frais d’impression et autres.
Et l’édition participative ? C’est selon. Souvent un peu des deux (c’est surtout ce que croit l’auteur), avec des règles imprécises, des contrats flous et des déceptions au rendez-vous.

Nous verrons ces différentes possibilités, mais j’ai d’abord envie de vous parler aujourd’hui de la « Belle Édition ». Édition à compte d’éditeur bien entendu, mais « belle », c'est-à-dire celle qui réunit l’auteur – cet être fragile et isolé dont nous avons évoqué la trajectoire précédemment – et l’éditeur, pour œuvrer dans une même direction. L’auteur offre alors le diamant brut qu’est son manuscrit (tapuscrit dit-on à présent, mais j’aime le mot manuscrit, c’est comme ça) à un éditeur qui devra le tailler, le polir, sans en altérer aucune de ses qualités. Au contraire il s’agira, en toute complicité avec l’auteur,! de lui donner un éclat plus profond, plus vif encore.

Approches psychologique et humaine délicates, puisqu’au fond, un manuscrit est un bébé. Imaginez la tête d’une jeune maman si vous vous rendiez à la maternité, regardiez son bébé sous toutes les coutures (oui, je sais les bébés ne sont pas cousus) et disiez : « c’est pas mal, mais… » Et comme chaque auteur écrit le plus beau livre du monde, c’est compliqué. Compliqué mais pas impossible si au-delà des considérations de structure, de style, des phrases que l’on trouve hors sujet, etc, on y met un ingrédient essentiel : l’amour des mots, des idées, de la littérature, de la chose écrite et de l’être humain qui est derrière tout ça.

C’est le seul secret : l’amour du travail bien fait. Alors, une vraie complicité voit le jour entre celui qui crée, mais qui peut difficilement se mettre à la place de celui qui découvrira son texte, et celui qui tient le rôle du premier lecteur. Alors s’ensuivent des mois d’échanges, de réflexion, d’émerveillement, de découragement parfois, puis de reprise de confiance, d’impatience, d’espoir. Alors l’existence ne ronronne plus, tout converge dans une seule direction et l’on sait bien, auteur et éditeur, que même si on fait semblant, on est ailleurs…