Billet d’humeur de Mathieu Valentin
Le 11 septembre 2017 | 0 Commentaires

En 2001, à seize ans, j’écrivais mon premier roman. En 2006, à vingt-et-un ans, je m’ennuyais sur les bancs de la fac et me lançais dans le Quatrième Ordre. En 2013, à vingt-huit ans, je rencontrais mon éditeur Joël et la maquettiste Françoise sur le salon du livre de Merlieux. En ce mois de septembre 2017, j’ai trente-deux ans et mon quatrième roman vient de sortir : le dénouement du Quatrième Ordre, Résistances. Le rêve de l’enfant s’est ainsi transformé en la profession passionnée d’un adulte, avec toute la complexité de la réalité, encore plus savoureuse !

 

Le Quatrième Ordre est mon bébé. Je l’ai aimé dès les premiers mots couchés sur le papier. Ses personnages et ses paysages. Leur long chemin semé d’embûches. Les réactions de mes premiers lecteurs. Mes souvenirs de salons du livre. Les projets qui en découlent. Tout ça, tout ce qui a gravité autour, l’ont rendu vivant. Grâce à vous, en définitive.

 

Le Quatrième Ordre déborde de rebondissements. L’épopée qu’il m’a permis de vivre est dotée des mêmes qualités. D’épreuves en joies, de découvertes en apprentissage, il a été aussi le moteur d’une formidable aventure humaine. Elle porte un nom : A Contresens Editions. Ils m’ont lancé et je ne les remercierai jamais assez. Comme vous avez pu le constater avec la taille grandissante des différents tomes, quand que je suis parti, je ne m’arrête plus. Ainsi, le Quatrième Ordre s’achève, c’est vrai. Mais tout le reste commence !

 

Merci pour tout.

Bien à vous,

Mathieu

 

Ajouter un commentaire